Qui suis-je ?

Mon vrai prénom est Janusz – prononcez Yanouch –, j’arrive petit à petit vers la cinquantaine, marié et père de deux enfants.

D’aucuns diraient que je suis quelqu’un de passionné et ils n’auraient pas tort. Je fais principalement de la randonnée, de la photographie, de l’informatique, mais aussi des sites Web, de l’infographie, de l’escalade, du Taï Chi, de la guitare, et du numérique au sens large…

Mais en détail, ça donne quoi ?

Un photographe

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours vu la photo comme un fil rouge qui accompagne les différentes étapes de ma vie. Marquer l’instant permet de figer les souvenirs et je me suis aperçu assez souvent que ces scènes proviennent en réalité d’instants que j’avais fixés sur pellicule.

Lors d’un anniversaire, mon beau-père m’offrit mon premier reflex argentique muni d’objectifs interchangeables ; un Practikar. Je commençais tout juste à en comprendre le fonctionnement que le rythme de ma vie s’accéléra. Je devins soldat, jeune embauché, conjoint, un passage rapide par la mairie, pour enfin devenir père… Et pendant tout ce temps, l’appareil me suivait discrètement.

Les technologies changèrent et le numérique arriva. J’achetai mon premier compact (Fujifilm), puis un autre, et un autre encore. Au début, ces appareils étaient lents au démarrage mais l’instantanéité les rendaient si pratique.

Quelque temps plus tard, alors que les reflex numériques étaient devenus abordables, je me décidais à retenter l’expérience du travail photographique. Les enfants acquéraient une certaine autonomie, c’était le moment idéal de faire évoluer une autre passion. Je me décidais pour un Canon EOS 350D et mis en place un budget photo basé sur cinq ans. Cinq ans d’étude pour savoir si ça allait me plaire et surtout tenter de comprendre ce qui me plaisait dans la photographie.

Je m’inscris en mai 2008 à un stage photo dans le Val de Loire. Puis, ce fut un voyage en Toscane en 2009 (passage au Canon 40D), Lyon en 2010 (Canon 7D). En 2011, le Périgord puis un stage sur la « grammaire de l’image ». En 2012, un stage sur les flashs de reportage et de studio, etc. Bref, j’ai essayé de varier les plaisirs tout en changeant de photographe-accompagnateur pour étoffer mes connaissances.

Et maintenant, je me retrouve parfois à prendre ma casquette de formateur pour animer des ateliers photo. L’intérêt est de progresser tous ensemble en participant à des cours ou à des sorties régulières.

Comme vous pouvez le constater, j’ai attrapé le virus. Je suis devenu ce que l’on appelle un photographe amateur… confirmé. Cela fait maintenant plus de 5 ans que je pratique et j’adore ça.

Un randonneur

Depuis l’adolescence, je fais de la randonnée, en montagne principalement. Mon terrain de prédilection reste les Pyrénées, mais j’aime aussi expérimenter d’autres types de terrains.

J’ai eu une grande période de pause après avoir découvert l’informatique, puis avec l’arrivée des enfants, mais depuis je m’y remets. J’ai trouvé une belle bande d’amis avec qui je pars soit en itinérance en bivouac sur plusieurs jours, soit en simple randonnée à la journée.

J’apprécie aussi le goût de l’effort physique pour retrouver ensuite le plaisir des discussions de bivouac, alors que le soleil se couche sur un paysage montagneux.

Une tête dans le numérique

Je travaille dans l’informatique en tant que responsable informatique / administrateur système et je suis sensibilisé à la gestion des données que cela soit pour la sauvegarde, mais aussi pour la protection des données. Il m’arrive donc fréquemment de discuter des sujets liés à l’intimité numérique.

Depuis deux ou trois ans, je réfléchis à rapatrier et à gérer moi-même mes outils numériques et surtout à en simplifier mes usages. Vous entendrez donc parler d’autohébergement, de serveurs sous Linux ou de sobriété numérique.